Interview de l'écrivaine grenobloise Mathilde Gal, co-autrice du roman Des Vies orageuses, roman engagé sur l'exil et les demandeurs d'asile
  • Commentaires de la publication :3 commentaires

Dans ce 26e épisode, je vous propose une interview avec Mathilde Gal, autrice militante, travailleuse sociale et aussi une de mes chères camarades d’écriture grenobloises. J’étais très impatiente de l’interviewer à propos du roman Des Vies orageuses, un récit à la fois doux et percutant dont elle est co-autrice et qui vient de sortir aux éditions Le Monde à l’Envers. Dans cette interview, Mathilde et moi parlons d’écriture collective, de représentations racistes inconscientes, de variations dans le temps du récit et dans les modes de narration, de burnout militant… entre autres !

Powered by RedCircle

Un roman collectif sur l’exil et l’accueil

Des Vies orageuses raconte les histoires croisées d’Idrissa, jeune Guinéen exilé en France, et de Sarah, toute aussi jeune médecin qui découvre le militantisme autour des questions d’exil et d’accueil. C’est un roman au processus de création très particulier, puisque Mathilde l’a coécrit avec le collectif Tcholeiy, composé d’une dizaine de personnes concernées ou non par l’exil.

Par « personnes exilées », je précise que nous faisons référence à des demandeurs et demandeuses d’asile, mais également aux personnes sans papiers. Quand j’ai demandé à Mathilde pourquoi le collectif avait choisi d’écrire un roman plutôt qu’un essai, voici un extrait de ce qu’elle m’a répondu :

« Par la fiction, on peut donner une réalité qui est plus forte que simplement en rapportant des témoignages, parce qu’il y a un phénomène d’identification. (…) En tout cas, mon expérience de lectrice me pousse à découvrir d’autres manières de vivre, et ça c’est vraiment par le roman qu’on le trouve. Et puis, également, on voulait vraiment qu’il y ait une pluralité de voix, et cette pluralité de voix est plus facilement portée par le roman, parce que c’est facile de faire exister une grande myriade de personnages différents, qui portent des voix différentes. »

Mathilde Gal, co-autrice du roman Des Vies orageuses

Un aperçu des questions abordées avec Mathilde Gal dans cette interview :

  • Le thème de l’exil, tel qu’incarné par le personnage d’Idrissa : son chemin de la Guinée jusqu’en France, notamment à travers le désert, la Libye et l’Italie, puis les difficultés de la vie exilée en France, la solitude, les aberrations administratives, etc.
  • Les thèmes de l’accueil, de la médecine et du burnout militant, tel qu’incarnés par Sarah. Le roman dépeint bien son parcours militant, mais aussi la perte de sens, la culpabilité de se sentir privilégiée…
  • Le processus d’écriture et de relecture en collectif, avec des champs d’expertise qui se complètent : la médecine, la linguistique, le travail social, les imaginaires racistes, et bien entendu le vécu de l’exil.
  • Le choix des différents modes de narration : l’utilisation du présent, la variation des pronoms entre « je », « tu » et « elle », et ce que ces choix impliquent sur un plan à la fois narratif et militant.
  • Les inspirations de Mathilde pour faire ces choix, notamment le récit documentaire de Rozenn Le Berre De rêves et de papiers et l’essai d’Alice Zeniter, Je suis une fille sans histoire, déjà évoqué par Louise Hourcade dans l’interview du mois dernier (c’est dans l’air du temps !).
  • Toute l’animation que le collectif Tcholeiy organise autour du roman : exposition, ateliers d’écriture, tournée de rencontres littéraires, etc.

J’espère que cette conversation avec Mathilde Gal vous aura autant intéressé·es que moi, car j’ai trouvé ça fascinant de découvrir le processus d’écriture collective des Vies orageuses. Si vous souhaitez organiser une rencontre dans votre ville ou un atelier d’écriture autour du roman, de l’exil et de l’accueil, vous pouvez contacter le collectif Tcholeiy par mail à l’adresse hirondelles@gresille.org.

S’abonner aux commentaires
Me notifier pour
guest
3 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Christophe
Christophe
11 mois

Salut Marion!
Super cet épisode interview.
Comme vous présentez bien le sujet sensible toutes deux .
Très instructif et bien centré sur l’écriture et la vie
Bravo.
Bisous

trackback

[…] J’ai adoré ce roman, et je suis d’autant plus contente d’avoir eu un coup de coeur que je connais Mathilde et une des personnes du collectif Tcholeiy . Coucou à vous, Mathilde et Cécile si vous passez par là ! Et merci à Marion, du podcast la Page sensible, de m’avoir conseillé et prêté ce beau roman. D’ailleurs, si vous voulez avoir les coulisses de ce roman, je vous recommande l’épisode où Marion interviewe Mathilde qui raconte comment est né cet objet collectif. Le lien de cet épisode est : https://www.marionjoceran.fr/ecriture-collective-et-militante-sur-lexil-mathilde-gal/ […]