Chronique en podcast du roman d'André Aciman, "Call Me By Your Name", un roman LGBT d'amour et d'été.

Dans ce 8e épisode, je vous parle de Call Me By Your Name, d’André Aciman. Un livre que j’ai déjà lu deux fois et que je relirai encore, parce que c’est un de mes plus gros coups de cœur de ces dernières années ! Ce roman d’apprentissage raconte l’été italien d’Elio, dix-sept ans, alors qu’il est pris d’un désir ardent pour le jeune doctorant américain que son père a invité pour les vacances. Soleil implacable, sensualité intello et amour interdit, que demander de plus ? Côté écriture, je vous raconte comment s’est passée ma « reprise » après une interruption de quinze jours dans l’écriture de mon premier jet. Enfin, je vous parle d’une émotion difficile à écrire, mais qui revient souvent dans mon manuscrit actuel : la colère.

Powered by RedCircle

Call Me By Your Name : un de mes romans préférés ET un de mes films préférés !

En 2007, l’auteur américain André Aciman sort un livre traduit en français sous le titre obscur Plus tard ou jamais, avec une couverture kitsch digne des pires romans à l’eau de rose. Pourtant, ce récit n’a rien de cucul et c’est même un magnifique roman d’amour et d’apprentissage. Elio, 17 ans, petit intello de bonne famille et passionné d’art, passe les vacances d’été dans la maison familiale en Italie. Oliver, jeune doctorant de 24 ans, vient aider le père d’Elio dans ses recherches universitaires. Pour Elio, c’est la découverte d’un désir qui va consumer son été, lui faire connaître son premier grand amour et son premier grand chagrin.

Jusque-là, peu de lectrices et de lecteurs français ont entendu parler du roman d’André Aciman. Puis, en 2017, le réalisateur italien Luca Guadagnino l’adapte au cinéma sous le titre original Call Me By Your Name, avec Timothée Chalamet et Armie Hammer. Un triomphe ! Le livre ressort en France sous le titre original et, enfin, il rencontre le succès qu’il mérite. Je suis comme tout le monde : j’ai vu le film au cinéma, puis je l’ai revu sur Netflix et, comme j’étais amoureuse des deux personnages principaux, j’ai acheté le roman… Que j’ai DÉVORÉ.

Ce que j’aime dans le roman Call Me By Your Name

  • Bon, déjà, je ne suis pas très objective parce que J’ADORE les histoires d’amour tristes ! Blague à part, ce livre m’a émue par sa description sensible de l’amour violent qu’on peut éprouver à 17 ans – et aussi plus tard, bien entendu.
  • J’ai aussi un faible pour les romans d’apprentissage, où les évènements poussent un·e jeune protagoniste à entrer dans l’âge adulte et à découvrir sa propre personnalité. C’est un thème que j’aime autant lire qu’écrire !
  • André Aciman décrit avec brio la sensualité d’Oliver et le désir d’Elio. Une tension sexuelle subtile et déchirante sous-tend tout le roman, le rendant impossible à reposer. C’est d’ailleurs le procédé que l’autrice Sally Rooney, selon ses propres dires dans un podcast que j’écoutais la semaine dernière, utilise pour rendre ses propres romans si addictifs !
  • Le livre, à l’instar du film, s’enrichit d’une atmosphère assez artistique, avec de nombreuses références aux beaux-arts, sans pour autant basculer dans le snobisme.
  • Le roman m’a plongée toute entière dans le décor, cette villa ancienne au bord de la mer, les vacances d’été en Italie, Rome dans les années 80… Il faut emporter Call Me By Your Name à la plage ou, au contraire, le lire en plein hiver pour retrouver la lumière, les sons et les odeurs de l’été.
À gauche : une apparition en guest star d'André Aciman, l'auteur du roman, dans l'adaptation au cinéma de Call Me By Your Name.
À gauche : une apparition en guest star d’André Aciman, l’auteur du roman, dans l’adaptation au cinéma de Call Me By Your Name.

Quelques anecdotes sur l’adaptation du roman en film

En 2018, le film Call Me By Your Name remporte l’Oscar du meilleur scénario adapté. D’après moi, c’est une récompense amplement méritée 🙂

Le film ne raconte que l’été où Elio et Oliver font connaissance. Cependant, le livre se poursuit sur vingt ans, en racontant l’impact que cet amour de jeunesse aura sur leurs vies respectives !

L’acteur Armie Hammer, qui joue Oliver dans le film, a l’air nettement plus vieux que le personnage d’Elio. Pourtant, dans le roman, Oliver est encore très jeune puisqu’il n’a que vingt-quatre ans, tandis qu’Elio en a dix-sept.

L’auteur du roman, André Aciman, fait une courte apparition dans le film ! Il joue le rôle de Mounir, un ami de passage, que vous reconnaîtrez à son élégant costume de lin (assorti à celui de son chéri, qui porte le même, mais en rose).

Il paraît que Luca Guadagnino, le réalisateur, souhaite faire des suites (oui, « des suites » au pluriel). Moi, tant qu’on y retrouve les acteurs Timothée Chalamet et Armie Hammer, je suis cliente !! Par contre, j’espère que ça me plaira mieux que la suite du roman, parue en 2019 sous le titre « Trouve-moi », que je n’ai pas du tout aimée.

Côté écriture, je me frotte à la description de la colère

Ces deux dernières semaines, j’ai pu reprendre un meilleur rythme d’écriture et j’aborde avec enthousiasme le dernier quart de mon manuscrit actuel, qui d’ailleurs est lui aussi un roman d’apprentissage et d’amours LGBTQ+ ! Ce faisant, je me rends compte que mon personnage principal ressent très souvent de la colère. Or, ce n’est ni une émotion facile à écrire, ni une atmosphère qu’on a envie de ressentir à longueur de livre. Je me suis donc interrogée sur les options qui s’offrent à moi, et aussi sur la façon dont la colère est perçue dans notre société.

Cet excellent épisode du podcast américain « Write-Minded », publié par l’équipe du fameux NaNoWriMo, m’a bien aidée. L’invitée y parle notamment du fait que, pour les femmes, il est beaucoup moins toléré d’exprimer sa colère, que ce soit à l’écrit ou en société. Ça m’a beaucoup fait réfléchir à mon propre rapport à cette émotion si naturelle, et à ce que je m’autorise à inclure dans mes manuscrits – ou pas, justement. Food for thought…

Je suis sûre qu’il y en a plein parmi vous qui ont vu le film Call Me By Your Name ! J’espère que je vous ai convaincu·e·s de lire aussi le livre 😉 Et vous, est-ce que ça vous arrive souvent de découvrir des romans à travers leur adaptation en film ou en série ?

guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Hildegard
Hildegard
7 mois

Aaaaahhh Sonate d’automne. Ingrid Bergman époustouflante, comme les autres acteurs. J’ai adoré ce film au sujet difficile traité avec beaucoup de subtilité et d’une grande beauté formelle.